Publications

The Future Agricultures Consortium produces research in a variety of formats.Several key research series are available for download, circulation and citation.

Use the search field below or review our thematically structured research archive.


Latest articles

Redéfinir le programme de la Nouvelle Alliance: une évaluation critique sur base du cas…
March 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 56
par Emmanuel Sulle et Ruth Hall

Pour réaliser une croissance durable et inclusive dans les pays africains, il est essentiel d’investir spécifiquement dans les petites exploitations agricoles, afin de leur permettre de mieux utiliser leurs terres et d’améliorer les rendements agricoles. La Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (« Nouvelle Alliance ») se concentre sur les partenariats public-privé (PPP) avec des investisseurs locaux et des entreprises multinationales pour produire des denrées alimentaires. Toutefois, cette initiative ne résoudra probablement pas les problèmes chroniques de faim, de sousalimentation et de pauvreté, en raison des investissements insuffisants dans les petites exploitations agricoles et du démantèlement des aides publiques suite aux programmes d’ajustement structurel menés depuis les années 1980. Plutôt que de remédier à cette insuffisance chronique des investissements dans les petites exploitations agricoles, il semble que les premières interventions de la Nouvelle Alliance aillent dans le sens de la promotion d’une agriculture industrielle.

L’initiative de la ceinture verte et l’accaparement des terres au Malawi
March 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 55
par Blessings Chinsinga et Michael Chasukwa

Il y a souvent un décalage entre les intentions en apparence bienveillantes et les manifestations pratiques des accords fonciers à grande échelle. Les réalités empiriques de ces accords appellent à étudier en profondeur et à questionner les motivations cachées des intervenants impliqués afin d’évaluer si leur priorité est réellement de développer des situations gagnant-gagnant. Comme l’ont démontré les expériences de l’initiative de la ceinture verte (GBI, Green Belt Initiative), les petits exploitants sont presque toujours les perdants. Cela fait donc douter de la capacité des initiatives internationales – comme les directives volontaires sur la gouvernance responsable de la tenure des terres et des autres ressources naturelles de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les principes de la Banque mondiale pour un investissement agricole responsable et le Cadre et les lignes directrices sur les politiques foncières de l’Union africaine (UA) – à améliorer significativement les résultats des accords fonciers à grande échelle sur le continent. Depuis l’introduction du programme de subventions aux intrants agricoles (FISP, Farm Input subsidy Programme) lors de la période de végétation 2005/2006, le Malawi occupe une place importante dans les débats politiques sur la sécurité alimentaire et le secteur agricole florissant à travers le continent.

La sécurité alimentaire dans un système environnemental mondial en pleine mutation
March 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 54
par Laura Pereira

Le système alimentaire mondial connaît une transformation sans précédent. Une transformation qui ne résulte pas seulement de l’impact majeur des changements environnementaux au niveau mondial (CEM), mais aussi de l’expansion rapide des activités agroalimentaires transnationales. Le système alimentaire est devenu un système socioécologique mondialisé et interdépendant – un modèle nouveau, interconnecté et axé sur l’efficacité dans lequel les pays de l’hémisphère Sud sont de plus en plus intégrés. Un système alimentaire efficace permet d’aboutir à trois réalisations majeures: la sécurité alimentaire, le bien-être social et le bien-être environnemental (voir Illustration 1). Pourtant, à ce jour, notre système actuel n’est pas parvenu à en faire bénéficier les populations pauvres de notre planète.

Productivité de la main-d’oeuvre agricole et prix alimentaires: principaux impacts…
March 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Titre complet: Productivité de la main-d’oeuvre agricole et prix alimentaires: principaux impacts sur le développement et indicateurs

Point info 53
par Andrew Dorward

Le présent Point Info passe en revue l’évolution historique des prix des produits alimentaires de base (en termes de prix internationaux des céréales) et insiste sur l’importance de l’augmentation de la productivité de la main-d’oeuvre agricole et de la baisse des prix alimentaires – moteurs clés du développement, de la sécurité alimentaire et de la réduction de la pauvreté. Ces moteurs sont cependant grippés par les menaces qui pèsent de plus en plus sur les systèmes agricoles et alimentaires internationaux et locaux. Le document propose des indicateurs simples pour mesurer la productivité de la main-d’oeuvre agricole et l’évolution des prix alimentaires par rapport aux revenus réels des populations pauvres. Des indicateurs qui devraient faire l’objet de toute l’attention et être intégrés dans les politiques internationales et nationales en la matière.

La Chine et le Brésil peuvent-ils aider l’Afrique à se nourrir?
March 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

CAADP Point info 12
March 2014

Les gouvernements nationaux cherchent depuis longtemps à savoir comment l’Afrique peut se nourrir et comment le secteur agricole pourrait accroître son efficacité comme moteur de croissance et de développement. Les donateurs occidentaux ont intensifié leur aide à la suite de la crise des prix des denrées alimentaires de 2007-2008. Toutefois, l’apparition de la Chine et du Brésil en tant qu’acteurs majeurs a suscité l’espoir que les modèles agricoles innovants des «puissances émergentes» puissent être transférés ou adaptés aux pays africains.

Ce Point Info repose sur les conclusions des recherches les plus récentes menées par Future Agricultures au sujet de l’engagement en faveur du développement de l’agriculture dans quatre pays africains. Les questions posées sont les suivantes:

  • Quelle est la réalité des différents modèles et voies de développement agricole de la Chine et du Brésil?
  • Comment la Chine et le Brésil s’engagent-ils dans le développement agricole en Afrique?
  • Comment l’Afrique doit-elle accueillir ces nouveaux engagements: à bras ouverts ou avec précaution, en les considérant plutôt comme des gagnants ou des perdants?

Large-scale Commercial Agriculture in Africa: Lessons from the Past
March 26, 2014 / Policy Briefs

Policy Brief 65
by Rebecca Smalley

African agriculture is in a phase of rapid commercialisation. Planners and investors in sub-Saharan Africa urgently need to consider how the choice of business model, the local context and the political environment affect outcomes of commercial ventures. A review of past experiences with three commercial farming models reveals the conditions that have provided the most stable environment for investors but also protected the most vulnerable in society and created the best chance for technology transfer and local economic linkages. These lessons from history have contemporary relevance.

Icon

Policy Brief 065 Pdf 188.23 KB 15 downloads

...

Collective Action, Gender Relations and Social Inclusion in African Agricultural Markets
March 25, 2014 / Policy Briefs

Policy Brief 64
by Sally Baden

Concerns expressed since the 1970s about women being excluded from mainstream rural development activities in Africa have fostered numerous women-specific activities designed to address this gender inequality. These actions have, more recently, been supported by arguments and evidence linking gender inequality with adverse agricultural productivity and welfare outcomes (FAO 2011). Views are divided on this approach: feminists such as Razavi (2009) have described such arguments as static and ahistorical, because as argued by O’Laughlin (2007) they ignore the larger processes of accumulation and impoverishment that have occurred in the context of capitalist transformation in the countryside. Meanwhile, recent reports suggest that, to varying degrees, rural women have benefitted from their involvement in certain types of women-specific development programmes (Buvinic et al. 2013).

This Policy Brief takes a critical look at one such activity – the engagement of women farmers in formal groups (referred to here as ‘collective action’) that are organised principally for economic purposes, including for acquiring finance, inputs and new technologies; for the bulking of produce for sale; for sharing marketing information and collective sales; and for developing linkages to more distant or remunerative markets (Thompson et al. 2012). The literature on smallholder collective agricultural marketing is large but relatively few studies address gender dimensions of group organisation in this context. The Brief draws on the findings of primary research undertaken by Oxfam between 2010 and 2012 on women’s collective action in agricultural markets in Ethiopia, Mali and Tanzania, as well as other sources, to address this knowledge gap.

Icon

Policy Brief 064 Pdf 193.98 KB 15 downloads

...

Political Economy of Agricultural Policy in Africa: Has CAADP Made a Difference? A Rwanda Case Study
March 17, 2014 / Working Papers

Future Agricultures Working Paper 78
Frederick Golooba-Mutebi
February 2014

The Comprehensive Africa Agriculture Development Programme (CAADP) is an African Union initiative intended to accelerate agricultural growth across Africa and improve food security as well as strengthen the resilience of the continent’s environment. Rwanda has been enthusiastic in its embrace of the initiative, with the government making an effort to fulfil all its obligations. Has CAADP made a difference? This paper argues that it has, and that in this, it has been helped significantly by the government’s own prior ambitions and the centrality of agriculture therein. Section 2 of the paper explores the background against which Rwanda embraced CAADP, showing evolutions in thinking about agriculture among the country’s policy elite and its development partners.

Section 2.1 looks at the politico-social incentives for agricultural policy, while section 2.2 looks at the steps taken to revalorise agriculture once a decision was made that it would be a key component of the foundation on which the country’s wider strategy for pursuing prosperity would rest. The post-war political settlement has been important in providing the necessary stability without which the pursuit of development is impossible. Section 2.3 examines the contours of the settlement, while section 3 tells the story of how CAADP in Rwanda unfolded.

Section 3.1 highlights the critical role of donors whose efforts have been supplemented by those of non-donor actors, including the business community and farmers’ groups, both of which are explored in sections 3.2 and 3.3. Section 4 highlights the limited but still important regional dimension of the CAADP process, while section 5 assesses the overall significance of CAADP in cementing the central role of agriculture in Rwanda’s pursuit of economic development and prosperity, before section 6 wraps up the story.

Icon

FAC Working Paper 078 Pdf 1.32 MB 7 downloads

...

The Comprehensive Africa Agriculture Development Programme (CAADP): Political Incentives, Value…
March 17, 2014 / Working Papers

Full title: The Comprehensive Africa Agriculture Development Programme (CAADP): Political Incentives, Value Added and Ways Forward

Future Agricultures Working Paper 77
Colin Poulton, Kassahun Berhanu, Blessings Chinsinga, Brian Cooksey, Frederick Golooba-Mutebi and Augustin Loada
February 2014

It is now ten years since African Heads of State made their declaration in support of the continent’s agricultural sector in Maputo in July 2003. This paper contributes to a small but growing body of independent critical analysis of CAADP, and to debates on future directions for the programme. The paper draws on studies of CAADP engagement in six countries (Burkina Faso, Ethiopia, Ghana, Malawi, Rwanda and Tanzania) plus preliminary reflections on two more (Kenya and Mozambique). Its particular contribution is to examine CAADP’s interaction with domestic political incentives for support to smallholder agriculture in African countries. Following Poulton 2012, we differentiate countries according to whether the domestic political incentives to invest in smallholder agriculture are strong or weak. In the former, the key question for CAADP is what value it can add to existing policy and planning frameworks for the agriculture sector. In the latter, which are more numerous, the key question is whether the CAADP process contains any mechanisms or provisions that can significantly change the incentives perceived by the governments in question. Experience to date is reviewed and ways forward for CAADP’s second decade are suggested.

Icon

FAC Working Paper 077 Pdf 1.27 MB 9 downloads

...

New Paradigms of Agricultural Development Cooperation in Africa: Lessons from Brazil and China
February 21, 2014 / Policy Briefs

Policy Brief 63
by Henry Tugendhat

As Africa attempts to boost agricultural productivity, many countries are turning to Brazil and China for the possibility of alternative approaches and technologies. Both countries have boasted numerous agricultural achievements, and both are increasing their engagements with African partners. The G8/African Union’s New Alliance for Food Security and Nutrition bears some similarities with China and Brazil’s efforts, particularly with its aims to “increase responsible domestic and foreign private investments in African agriculture, take innovations that can enhance agricultural productivity to scale, and reduce the risk borne by vulnerable economies and communities”. The UK Department for International Development (DFID) describes this initiative as targeting the creation of “new jobs and market opportunities for small and large farms in African agriculture,” albeit, with a greater discussion of the importance of smallholders. Brazil and China’s ‘cooperation’ efforts in trade, aid and investments provide some key lessons for the New Alliance.

Icon

Policy Brief 063 Pdf 423.18 KB 12 downloads

...

From agricultural research to ‘product development’: What role for user feedback and feedback loops?
February 19, 2014 / Journal articles

James Sumberg, Jonas Heirman, Cara Raboanarielina and Abdoulaye Kaboré
Outlook on Agriculture, December 2013

Agricultural research for development (AR4D) is often discussed in terms of abandoning ‘business as usual’. One important element of the reframing of agricultural research is an emphasis on the development of useful ‘products’, which immediately brings ‘users’ to centre stage. In this paper the authors review the literature on user involvement from the field of new product development (NPD). They then propose a conceptual model of feedback and feedback loops within AR4D and use this model to analyse examples of feedback generation in rice research in West Africa. On the basis of this initial analysis they conclude that, while there are many ongoing activities that could potentially provide useful feedback, in the majority of cases this potential is probably not being realized. Unless feedback is approached much more systematically, the promise of AR4D as a means of generating useful products for farmers and others will probably remain unfulfilled.

Narratives of scarcity: understanding the ‘global resource grab’
February 17, 2014 / Working Papers

Future Agricultures Working Paper 76
Ian Scoones, Rebecca Smalley, Ruth Hall and Dzodzi Tsikata
February 2014

Global resource scarcity has become a central policy concern, with predictions of rising populations, natural resource depletion and hunger. Resulting narratives of scarcity drive behaviour and justify actions to harness resources considered ‘under-utilised’, leading to contestations over rights and entitlements and producing new scarcities. Yet scarcity is contingent, contextual and above all political. We present an analysis of three framings – absolute scarcity, relative scarcity and political scarcity – associated with the intellectual traditions of Malthus, Ricardo and Marx, respectively. A review of 134 global and Africa-specific policy and related sources produced over the past six years demonstrates how diverse framings of scarcity – what it is, its causes and what is to be done – are evident in competing narratives that animate debates about the future of food and farming in Africa and globally. We argue that current mainstream narratives emphasise absolute and relative scarcity, while ignoring political scarcity. We suggest a more political framing of scarcity requires paying attention to how resources are distributed between different needs and uses, and so different people and social classes. This requires, we argue, a policy emphasis for land and resource issues on rights and access, and distributional issues, centred on equity and justice.

Icon

FAC Working Paper 076 Pdf 1.37 MB 11 downloads

...

Jostling for Trade: The Politics of Livestock Marketing on the Ethiopia-Somaliland Border
February 10, 2014 / Working Papers

Future Agricultures Working Paper 75
Abdurehman Eid
February 2014

Cross-border livestock trade (CBLT) is an important livelihood activity for many pastoral and agro-pastoral communities in the Horn of Africa. The trade has developed into an informal industry supporting many stakeholders along the value chain: livestock-keepers, fodder suppliers, ranch owners, itinerant traders, large livestock traders and transporters. This paper examines the CBLT spanning the border between Somali Region of Ethiopia and Somaliland. Specifically, it considers policies and controls shaping the dynamics of the trade in recent years. The study also highlights the competition that Somaliland and Djibouti have found themselves in to become the livestock export hub in the Horn of Africa, as well as clan dynamics.

Icon

FAC Working Paper 075v2 Pdf 2.52 MB 19 downloads

...

L’impact à court et à moyen terme des augmentations de prix des denrées alimentaires de base
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 52
par Andrew Dorward

Ces dernières années ont été marquées par l’augmentation des prix alimentaires moyens, de graves flambées des prix alimentaires (en 2007/8 et en 2010/11), et des inquiétudes grandissantes quant à l’impact des chocs des prix alimentaires et de la flambée et de la volatilité des prix alimentaires sur les populations pauvres et en situation d’insécurité alimentaire. Toutefois, alors que tout le monde s’accorde pour affirmer que la volatilité des prix des aliments entraîne une répartition inefficace des ressources et des coûts d’ajustement et que des prix élevés sont une mauvaise chose pour les populations démunies des zones urbaines (dont les dépenses en produits alimentaires de base sont élevées), l’impact des prix alimentaires élevés sur les populations pauvres des zones rurales fait davantage débat. Le présent Point info:

  • s’appuie sur la théorie microéconomique fondamentale relative aux significations et à l’impact de l’évolution du prix des denrées alimentaires de base pour différents groupes de consommateurs et producteurs.
  • passe en revue les données empiriques sur l’impact de la flambée des prix alimentaires de 2008 sur différentes catégories de population.

Ces dernières années ont été marquées par l’augmentation des prix alimentaires moyens, de graves flambées des prix alimentaires (en 2007/8 et en 2010/11), et des inquiétudes grandissantes quant à l’impact des chocs des prix alimentaires et de la flambée et de la volatilité des prix alimentaires sur les populations pauvres et en situation d’insécurité alimentaire. Toutefois, alors que tout le monde s’accorde pour affirmer que la volatilité des prix des aliments entraîne une répartition inefficace des ressources et des coûts d’ajustement et que des prix élevés sont une mauvaise chose pour les populations démunies des zones urbaines (dont les dépenses en produits alimentaires de base sont élevées), l’impact des prix alimentaires élevés sur les populations pauvres des zones rurales fait davantage débat. Le présent Point info:

· s’appuie sur la théorie microéconomique fondamentale relative aux significations et à l’impact de l’évolution du prix des denrées alimentaires de base pour différents groupes de consommateurs et producteurs.

· passe en revue les données empiriques sur l’impact de la flambée des prix alimentaires de 2008 sur différentes catégories de population.

Normal 0 false false false EN-GB X-NONE X-NONE

Facteurs influençant l’agriculture commerciale paysanne: Étude de cas – Initiatives de…
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Titre complet: Facteurs influençant l’agriculture commerciale paysanne: Étude de cas – Initiatives de commercialisation paysanne de la NASFAM

Point info 51
par Ephraim Chirwa et Miriam Matita

Au Malawi, l’agriculture paysanne est essentiellement axée sur la production d’aliments de base, comme le maïs et le riz, destinés à la consommation des ménages de petits exploitants. La domination de l’agriculture de subsistance, reposant sur les systèmes agricoles traditionnels des petits exploitants est l’un des obstacles préoccupants à la productivité agricole. Dans le pays, le secteur de l’agriculture à petite échelle n’est toujours pas rentable et se caractérise par un faible taux d’utilisation d’intrants agricoles améliorés, la faiblesse des liens avec les marchés, des frais de transport élevés, le petit nombre d’organisations d’agriculteurs, un contrôle médiocre de la qualité et l’absence d’informations sur les marchés et les prix. Plusieurs initiatives d’acteurs publics et non publics, visent à encourager l’intensification de la production agricole à petite échelle et sa commercialisation. Parmi les «fers de lance» de l’agriculture commerciale paysanne, citons la National Smallholder Farmers’ Association of Malawi (Association nationale des petits agriculteurs du Malawi, NASFAM), une organisation agricole.

La commercialisation paysanne en Afrique: guide des problématiques et des politiques
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 50
par Steve Wiggins

Les petits agriculteurs d’Afrique participent depuis longtemps aux marchés – pour vendre leur production, se procurer des intrants (des engrais par exemple), des crédits, de la main-d’oeuvre, des terres et des informations. L’urbanisation et l’amélioration des routes reliant les villages aux villes ne cessent de leur ouvrir de nouvelles possibilités. Dans un tel contexte, les questions relatives à la commercialisation paysanne méritent une attention accrue. Qu’il s’agisse des processus de commercialisation ou des résultats, les attentes varient considérablement. Pour certains, les petites exploitations agricoles ne diffèrent pas des autres activités commerciales: lorsqu’ils ont accès aux marchés, la plupart des petits agriculteurs vont investir, innover et prospérer. D’autres craignent par contre qu’ils se heurtent à des obstacles, comme le coût élevé des interactions («le coût des transactions») avec les grandes entreprises du marché et qu’ils ne soient dès lors pas en mesure d’exploiter les technologies disponibles, et restent ainsi pris au piège de la pauvreté.

La politique de secours semencier au Zimbabwe
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 49
Charity Mutonodzo-Davies et Douglas Magunda

Au cours d’une grande partie de ces dix dernières années, le gouvernement zimbabwéen et les bailleurs de fonds ont mis en oeuvre des programmes de soutien en intrants agricoles qui associent des fournisseurs privés (maisons semencières et fabricants d’engrais), des grossistes et des agro-distributeurs ruraux. Ces initiatives ont contourné ainsi la chaîne de commercialisation autrefois dynamique. Le présent article affirme que ces programmes de «secours semencier» ont participé à l’effondrement de la chaîne d’approvisionnement en intrants, accélérant ainsi le déclin de productivité agricole que connaît aujourd’hui le Zimbabwe.

L’économie politique des systèmes semenciers céréaliers en Éthiopie: contrôle de l’État…
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Titre complet: L’économie politique des systèmes semenciers céréaliers en Éthiopie: contrôle de l’État, libéralisation du marché et décentralisation

Point info 48
par Dawit Alemu

Le présent Point Info examine les processus politiques et économiques régissant les systèmes semenciers céréaliers en Éthiopie. Il analyse à cette fin le contexte politique général, notamment les principaux intérêts qui influencent l’élaboration et la mise en oeuvre des politiques semencières, ainsi que le rôle des différents acteurs publics et privés et les interactions entre ceux-ci. Il se penche également sur le lien entre ces intérêts et interactions et l’efficacité du système céréalier sur le terrain. Cet article analyse trois moteurs économiques et politiques clés du changement au sein du système semencier – le contrôle de l’État, la libéralisation du marché et la décentralisation – en posant une série de questions: comment les politiques semencières et leurs directives de mise en oeuvre sont-elles élaborées? Comment les notions de «bonnes» politiques et directives de mise en oeuvre évoluent-elles au fil du temps? Quels sont les voix et les avis pris en compte dans le processus d’élaboration des politiques? Quels sont les arguments clés pour le choix des mesures? Quels sont les espaces dont disposent les nouveaux acteurs, idées et réseaux et comment les élargir? Et pour terminer, quels sont les processus de la politique semencière et les problématiques urgentes au niveau national/ régional, dont il faut tenir compte pour mettre en place un système semencier dynamique en Éthiopie?

De la participation des petits exploitants agricoles aux marchés semenciers en faveur des pauvres…
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Titre complet: De la participation des petits exploitants agricoles aux marchés semenciers en faveur des pauvres: l’économie politique des réseaux semenciers commerciaux au Ghana

Point info 47
par Kojo Sebastian Amanor

Depuis les années 1980, les systèmes publics de recherche sur la production semencière en Afrique subsaharienne sont de plus en plus soumis à des pressions en faveur de la privatisation. Au Ghana, ce processus de privatisation se révèle toutefois complexe et fragmenté, car les petits exploitants dépendent dans une grande mesure de leurs propres semences et se montrent peu désireux d’acquérir des semences améliorées. Peu de grands investisseurs sont prêts à financer un secteur encore en développement. En effet, le développement des investissements semenciers repose sur la création d’une infrastructure sociale pour l’utilisation de semences améliorées. Une fois opérationnelle, cette infrastructure créera progressivement une demande chez les agriculteurs, ce qui favorisera leur accès aux marchés des semences améliorées, des intrants et de l’agro-alimentaire.

Semences et subventions: l’économie politique des programmes d’aide aux intrants au Malawi
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 46
par Blessings Chinsinga

Le présent Point Info de FAC s’intéresse à l’économie politique des programmes d’intrants et plaide pour que les débats en matière de politique agricole se concentrent sur le maïs et les subventions aux intrants. Les programmes de subventions axés sur l’offre de semences et d’engrais destinés à produire davantage de maïs dans le but de renforcer la sécurité alimentaire nationale ont créé un réseau d’acteurs solide, composé d’acteurs gouvernementaux essentiels, d’organismes d’aide et de bailleurs de fonds importants, ainsi que d’ONG. Ces dernières années, ce processus a généré au Malawi une économie politique semencière sans précédent et hautement controversée.

Les distributeurs d’intrants agricoles peuvent-ils instaurer la révolution verte au Kenya?
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 45
Par Hannington Odame et Elijah Muange

Plusieurs filières d’intrants ont été utilisées pour fournir les diverses technologies agricoles aux trois millions de petits exploitants que compte le Kenya. Les principales filières passent par des institutions publiques, telles que les entreprises d’État et les services publics de vulgarisation, par des pistes commerciales, telles que les sociétés semencières privées et leurs réseaux de distributeurs, et par des organisations de charité, y compris les organismes bailleurs de fonds, les ONG et les organisations d’aide humanitaire. Ces dernières années, le système public de distribution des intrants a basculé vers un système plus libéralité, avec pour conséquence un changement des principaux acteurs et filières. Malgré l’énorme diversification des acteurs impliqués dans la fourniture des intrants, la conception des modalités de fourniture de ces intrants est désormais limitée à un seul modèle dominant: le distributeur d’intrants privé indépendant.

L’économie politique des systèmes semenciers céréaliers dans la révolution verte en Afrique
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 44
par John Thompson et Ian Scoones

Ce Point Info se base sur des études de cas réalisées par Future Agricultures Consortium en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Malawi et au Zimbabwe entre 2009 et 2011, destinées à évaluer l’économie politique des programmes de recherche et de développement relatifs aux systèmes semenciers céréaliers en Afrique subsaharienne. En examinant les politiques parfois opposées et les différents enjeux susceptibles d’influencer les modalités de production et de distribution des semences céréalières dans ces pays, il identifie les possibilités de recadrer le débat et d’explorer de nouvelles pistes pour mettre en place des systèmes semenciers plus durables et socialement plus équitables.

Agriculture et changement climatique au coeur des négociations sur le climat de l’ONU
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 43
Par Merylyn Hedger

L’agriculture est à la fois victime et responsable du changement climatique. Victime parce que la plupart des estimations indiquent que le changement climatique réduira probablement la productivité agricole, la stabilité de la production et les revenus dans certaines régions qui souffrent déjà d’un niveau élevé d’insécurité alimentaire. Responsable parce que l’agriculture est l’une des sources principales d’émissions de gaz à effet de serre (GES). En effet, l’agriculture est la première source d’émissions planétaires d’oxyde azoteux issues principalement des engrais chimiques, d’une source importante d’émissions de méthane issues principalement de la réduction du bétail, ainsi que d’une source considérable d’émissions de carbone issues des modifications de l’affectation des sols, principalement en raison de la déforestation, mais aussi de la dégradation de la tourbe, des feux de tourbe et de l’industrie alimentaire. Pourtant, l’agriculture peut apporter une partie de la solution au problème du changement climatique : le sol est doté d’un potentiel technique considérable – bien qu’incertain – de stockage du carbone, notamment dans les pays en voie de développementi Ce Point Info a pour objectif :

  • de clarifier les différents enjeux en matière d’agriculture, qui se sont confondus dans les négociations sur le climat.
  • d’esquisser les grandes lignes de ce que l’on attend du texte résultant de ces négociations, en vertu de la Convention-Cadre sur les Changements Climatiques (CCNUCC), et d’évaluer l’utilité de cette piste, ainsi que la possibilité d’envisager d’autres orientations.

Savoirs agricoles traditionnels et adaptation au changement climatique: aperçu des processus…
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Titre complet: Savoirs agricoles traditionnels et adaptation au changement climatique: aperçu des processus politiques au Kenya et en Namibie

Point info 42
Par Andrew Newsham, Lars Otto Naess et Paul Guthiga

Pour le secteur agricole, un défi politique majeur est de veiller à intégrer l’expérience et les savoirs agricoles traditionnels dans les nouveaux processus politiques de lutte contre le changement climatique. Ce Point Info présente les enseignements tirés de récentes études menées dans deux domaines: la première sur les prévisions saisonnières et les savoirs autochtones au Kenya (Guthiga et Newsham, 2011) et la deuxième sur les connaissances et les sciences agro-écologiques en Namibie (Newsham et Thomas, 2011). Le document dégage des enseignements des études sur les processus de coproduction de savoirs par des acteurs utilisant des systèmes de connaissance différents.

Nous avançons ici deux idées fondamentales. Premièrement, les défenseurs de l’intégration du savoir local dans les politiques et pratiques d’adaptation au changement climatique doivent comprendre plus clairement comment fonctionnent réellement les processus politiques afin de mieux imposer leur vision. Deuxièmement, les efforts d’intégration localnational doivent tenir compte du processus plus large de changement à l’échelle mondiale. Nous tentons aussi de mieux cerner l’impact de deux tendances particulièrement pertinentes: tout d’abord les projections récentes laissant supposer une accélération et une aggravation du changement climatique d’ici 2060 et, ensuite, le phénomène de désagrarisation (la disparition progressive des systèmes de subsistance agricole dans les zones rurales).

L’accaparement des terres en Afrique et les nouvelles politiques alimentaires
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 41
par Ruth Hall

«L’Afrique est à vendre», comme le disent certains; un «accaparement des terres» est en cours. D’autres sont plus prudents et parlent «d’acquisitions de terres à grande échelle», tandis que la Banque mondiale souligne par euphémisme «l’intérêt croissant pour les terres agricoles dans le monde». Quelle que soit la terminologie ou l’idéologie en vigueur, il est désormais largement prouvé que de vastes étendues de terre agricole africaine sont attribuées à des investisseurs, généralement sur base de baux à long terme, à un prix inédit depuis plusieurs dizaines d’années et même depuis la période coloniale. Étant donné que ces terres sont souvent acquises pour assurer les besoins futurs en nourriture et en carburant de pays étrangers, on ne s’étonnera pas du fait que les pays plus riches et plus puissants soient accusés de néocolonialisme dans le but d’annexer les ressources naturelles et essentielles du continent.

Le PDDAA et la politique de pêche en Afrique: poursuivons nous une réforme adéquate?
January 31, 2014 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 40
par Christophe Béné

Ces dernières années, on a beaucoup parlé de l’agriculture comme facteur essentiel de réduction de la pauvreté et de croissance économique. En 2003, le Nouveau partenariat économique pour le développement de l’Afrique (NEPAD) a lancé sur le continent africain le Programme detaillé pour le développement de l’agriculture africaine (Comprehensive African Agriculture Development Programme-CAADP) dans le but d’attirer des contributions significatives de la part des bailleurs de fonds, en vue de donner un nouvel élan au développement agricole. Bien que la pêche fasse officiellement partie du PDDAA, ce secteur doit encore démontrer sa capacité a contribuer aux objectifs du programme. Le présent Point Info passe en revue les principales questions stratégiques relatives a la pêche en Afrique. Il met notamment en question le modèle actuel (l’approche dite ‘basée sur la richesse’, proposé comme ‘couverture tous risques’ des politiques de pêche du continent, et examine pourquoi ce modele n’est peut-être pas le plus adéquat pour les petits pêcheurs africains.

What difference has CAADP made to Tanzanian agriculture?
January 29, 2014 / Working Papers

Future Agricultures Working Paper 74
Brian Cooksey
November 2013

This paper examines the impact of the Comprehensive African Agriculture Development Programme (CAADP) on Tanzania’s agricultural sector. It discusses how CAADP relates to national and regional policy initiatives (including the country’s Agriculture and Food Security Investment Plan, the Southern Agricultural Growth Corridor of Tanzania, and the New Alliance for Food Security and Nutrition) and their governance; the possible impacts of CAADP on spending on agriculture in the country; and the extent of the influence and inclusion of civil society organisations on agricultural policy processes.

Icon

FAC Working Paper 074 Pdf 1.89 MB 5 downloads

...

When a Good Business Model is Not Enough: Land Transactions and Gendered Livelihood Prospects…
January 22, 2014 / Journal articles

Full title: When a Good Business Model is Not Enough: Land Transactions and Gendered Livelihood Prospects in Rural Ghana

Dzodzi Tsikata and Joseph Awetori Yaro
Feminist Economics,  December 2013

Recent large-scale commercial agriculture projects in developing countries have raised concerns about the effects on natural resource-based livelihood activities of local people. A significant weakness in the emerging literature is the lack of a gender perspective on implications for agrarian livelihoods. This article explores the gendered aspects of land transactions on livelihood prospects in the Northern Region of Ghana. Drawing on qualitative research from two commercial agriculture projects, the article examines how pre-existing gender inequalities in agrarian production systems, as well as gender biases in project design, are implicated in post-project livelihood activities.

The article concludes that a good business model of a land deal, even one that includes local communities in production and profit sharing, is not sufficient to protect women’s livelihood prospects if projects ignore pre-existing gender inequalities and biases, which limit access to opportunities.

Commercialisation of African Smallholder Farming. The Case of Smallholder Farmers in C. Tanzania
January 22, 2014 / Working Papers

Future Agricultures Working Paper 72
Khamaldin Mutabazi, Steve Wiggins & Ntengua Mdoe
August 2013

African agriculture is predominantly carried out on small-scale family farms. The big question about such family farms is whether they can be successfully commercialised within their current structures, or whether they should give way to commercial medium and large-scale farm enterprises. In more detail, the following questions arise about the experience of commercialisation of small farms in Africa and their prospects. Under what conditions, and with what encouragement from policy, may small farms be commercialised? Does commercialisation benefit smallholding households? Does commercialisation increase social differences? Does commercialisation raise risks in the markets to unacceptable levels?

This study addresses primarily the first two questions about the nature of commercialisation, its benefits and impacts on food security. Four villages in Tanzania that produce commercial crops for sale, mainly onions, were studied.

Icon

FAC Working Paper 072 Pdf 2.51 MB 8 downloads

...

Land Grabbing, Large- and Small-scale Farming: what can evidence and policy from 20th C Africa…
December 16, 2013 / Journal articles

Full title: Land Grabbing, Large- and Small-scale Farming: what can evidence and policy from 20th century Africa contribute to the debate?

Elena Baglioni and Peter Gibbon
Third World Quarterly, Vol 34, Issue 9, 2013
Special Issue: Global Land Grabs

This article examines the contemporary phenomenon of ‘land grabbing’ in relation to the history of plantation and large- and small-scale farming (PF, LSF and SSF) in sub-Saharan Africa. It looks at the extent of PF and LSF over the 20th century, as well as the policy narratives that have justified, supported or circumscribed their development.

Many characteristics of the current land rush and its interpretation reveal elements of continuity with some of the general trends marking the history of PF and LSF up to recent years. In particular, the heterogeneity of PF and LSF, subsuming quite different relations to SSF, and the pivotal role played by the combination of private capital (whether foreign, domestic or combined) with the state represent organisational continuities. Meanwhile continuities in supporting narratives centre on the prevalence of generic prescriptions for either LSF/PF or SSF. Refuting these generic prescriptions is a precondition for more nuanced analysis and policy proposals.

Biofuels Investment and Community Land Tenure in Tanzania
December 16, 2013 / Working Papers

Future Agricultures Working Paper 73
Emmanuel Sulle and Fred Nelson
December 2013

Like much of sub-Saharan Africa, Tanzania has experienced a surge in land-based investment during the past decade. While expanding private investment in agriculture is a core ambition of the G8’s New Alliance for Food Security and Nutrition, experiences of prior investments raise questions about possible negative impacts. A notable element of this pattern of international private investment in Tanzania has been the emergence of biofuels as a form of agriculture; biofuel investments occurred rapidly and on a large scale around 2005–2008, with about four million hectares around the country requested for allocation to commercial biofuel projects. Many of those investments were large-scale projects based on the cultivation of jatropha or sugarcane, headed by European companies. One of the most well-known biofuel investments was that of Bioshape, which acquired approximately 34,000 ha in Kilwa District for the cultivation of jatropha.

The report documents, insofar as is possible using available information, the process Bioshape and government authorities at national and district level undertook to acquire the land from the four villages in Kilwa where Bioshape established operations.

Icon

FAC Working Paper 073 Pdf 1.54 MB 9 downloads

...

Intégrer les différences sociales, le genre et l’analyse sociale dans le développement agricole
December 6, 2013 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 39
par Christine Okali

Une conception très répandue veut que les processus actuels de changement social, économique, politique et environnemental en Afrique subsaharienne augmentent les inégalités sociales. Cette idée reflète l’incapacité apparente de certains groupes de s’adapter aux nouvelles institutions destinées à gérer les ressources naturelles et à gérer l’accès à celles-ci, aux nouveaux modèles d’emprise sur la chaîne de valeur et aux nouvelles mesures de régulation modifiant l’accès aux marchés. Dans de nombreuses régions rurales, ce sont les femmes, ainsi que les hommes jeunes et pauvres, qui sont épinglés comme étant de plus en plus défavorisés.

L’innovation en marche: des pasteurs assurent leurs moyens de subsistance dans la Corne de l’Afrique
December 6, 2013 / Briefings politiques / Policy briefs in French

Point info 38
par Abdirizak Nunow, Abdullahi Abdi Hussein, Jeremy Lind, Bokutache Dida et Abdullahi Hussein Mahmoud

Les régions pastorales de la Corne de l’Afrique traversent des changements rapides. L’ouverture des marchés aide à améliorer les moyens de subsistance et génère de nouvelles richesses considérables pour l’économie locale et nationale. Les changements politiques et constitutionnels créent des opportunités permettant aux pasteurs d’influencer les décisions relatives à l’affectation des ressources publiques, ainsi que les lois et les pratiques qui ont une incidence sur leurs droits. Les nouvelles technologies, telles que les téléphones mobiles, ainsi que l’amélioration des routes, ouvrent les régions pastorales à une plus grande mobilité des personnes, des marchandises et des idées. En outre, de nouvelles manières de fournir des services aux populations pastorales nomades et reculées ont amélioré leur accès aux soins de santé, aux services vétérinaires et à l’enseignement.

Can China and Brazil help Africa feed itself?
October 16, 2013 / Policy Briefs

CAADP Policy Brief 12

The questions of how Africa can feed itself, and how the agricultural sector can be a more effective engine for growth and development, have long been targets of national governments. Western donors have increased assistance following the 2007/8 food price crisis. But the emergence of China and Brazil as major players has raised hopes that innovative agricultural models from the ‘rising powers’ can be transferred or adapted to African countries.

This policy brief draws on latest research findings by Future Agricultures, focusing on engagement in four African countries, and asks:

  • What are the realities of the different routes and models in China and Brazil’s agricultural development?
  • How are China and Brazil engaging with Africa in agricultural development?
  • How should Africa approach these new engagements – with open arms or cautiously, looking at likely winners and losers?

Supporting small farmers to commercialise
October 16, 2013 / Policy Briefs

CAADP Policy Brief 11

Accelerating growth in the agricultural sector by raising the capacities of private entrepreneurs – smallholder and commercial farmers – to meet the increasingly complex requirements of domestic, regional and international markets, is the central aim of CAADP Pillar II.

Commercialisation is about increasing engagement with markets. Smallholder farmers have long been engaged with markets for produce, inputs and information. Urbanisation, better communications and globalisation make understanding smallholder commercialisation all the more important. This policy brief draws on recent research by Future Agricultures and asks:

  • How do small farmers commercialise?
  • What have been the outcomes of small farmer commercialisation?
  • How can policies support smallholder commercialisation and encourage good outcomes?

Leaping and Learning case studies
September 17, 2013 / Research Papers

This set of 41 case studies accompanies the Leaping and Learning research report.

 

 

Leaping and learning: linking smallholders to markets
September 17, 2013 / Research Papers

Agriculture for Impact research report
by Steve Wiggins and Sharada Keats
May 2013

This report provides a comprehensive review of the existing literature on smallholder-centred market-based interventions.

Smallholder farms in sub-Saharan Africa number around 33 million, represent 80% of all farms in the region, and contribute up to 90% of food production in some sub-Saharan African countries. Developing smallholder agriculture can be effective in reducing poverty and hunger in low income countries, but only through sustainable access to markets can poor farmers increase the income from their labour and lift themselves and their families out of poverty.

Most poor farmers are not linked to markets for a variety of reasons: remoteness, low production, low farm-gate prices, and lack of information, to name a few. Addressing and overcoming these market failures in order to increase smallholder farmers’ access to markets was the subject of this research project.

In short, the project aimed to answer the question:

how can smallholders in sub-Saharan Africa use a combination of agricultural growth and links to markets to raise their incomes and reduce poverty and hunger?

What follows is a summary of the considerations, conclusions and recommendations that resulted from the synthesis and exploration of existing material, case studies and workshops.

Women, Gender and Protest Emergence – Contesting Oil Palm Plantation Expansion in Sambas District
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Women, Gender and Protest Emergence – Contesting Oil Palm Plantation Expansion in Sambas District, Indonesia

LDPI Working Paper 49
by Miranda Morgan

The political value of land, remittances and a possible case of land grabbing
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: The political value of land, remittances and a possible case of land grabbing – The case of an indigenous village in Oaxaca, Mexico

LDPI Working Paper 48
by Iván Sandoval Cervantes

Processes of land accumulation and patterns of labour mobility in large-scale oil palm smallholding
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Processes of land accumulation and patterns of labour mobility in large-scale oil palm smallholding schemes in Indonesia

LDPI Working Paper 47
by Jean-François Bissonnette

Impact of Restrictive Legislation and Popular Opposition Movements on Foreign Land Investments
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Impact of Restrictive Legislation and Popular Opposition Movements on Foreign Land Investments in Brazil – The Case of the Forestry and Pulp Paper Sector and Stora Enso

LDPI Working Paper 45
by Debora Lerrer and John Wilkinson

Land reforms and land grabs – Contemporary conflicts in the Brazilian land struggle
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

LDPI Working Paper 44
by Clifford Andrew Welch

The drive for accumulation – Environmental contestation and agrarian support to Mexico’s oil palm
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: The drive for accumulation – Environmental contestation and agrarian support to Mexico’s oil palm expansion

LDPI Working Paper 43
by Antonio Castellanos-Navarrete and Kees Jansen

Small Farm Holders’ Response to the Global Land Deals in Benin -The role of international solidarity
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Small Farm Holders’ Response to the Global Land Deals in Benin – The role of international solidarity linkages

LDPI Working Paper 41
by Paulette Nonfodji

 

Land for agricultural development in the era of ‘land grabbing’
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Land for agricultural development in the era of ‘land grabbing’ – A spatial exploration of the ‘marginal lands’ narrative in contemporary Ethiopia

LDPI Working Paper 40
by Rachel A Nalepa

Challenging the dominant assumptions about peasants’ responses to land grabbing
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Challenging the dominant assumptions about peasants’ responses to land grabbing – ‘Politics from below’ in Ukraine

LDPI Working Paper 39
by Natalia Mamonova

Financializing Prairie farmland – Farmland investment funds and the restructuring of family farming
September 11, 2013 / LDPI Working Papers

Full title: Financializing Prairie farmland – Farmland investment funds and the restructuring of family farming systems in central Canada

LDPI Working Paper 38
by Melanie Sommerville