feed-image RSS

Briefings Politiques

folder Briefings politiques / Policy briefs in French

Nos briefings politiques analysent des questions importantes de la politique agricole en Afrique. Ces briefings sont traduit de l'anglais - les versions originaux se trouvent dans la section Policy Briefs.

Documents

Default La lutte pour les terres collectives: feux de savane annuels et schémas transnationaux de... Popular

By 1310 downloads

Download (pdf, 143 KB)

Point_Info _062.pdf

Titre complet: La lutte pour les terres collectives: feux de savane annuels et schémas transnationaux de plantation de mangues dans le nord du Ghana

Point info 62
Joseph A. Yaro et Dzodzi Tsikata

Le nord du Ghana est caractérisé par l’agriculture pluviale, le manque d’infrastructures, la production de cultures alimentaires et une faible agriculture d’exportation. La production agricole industrielle de cultures d’exportation est l’une des nombreuses pistes proposées pour réduire la pauvreté dans la région. Cependant, des feux de savane détruisent chaque année des investissements dans l’agriculture commerciale et alimentaire en raison de la méconnaissance de la nature et du but de ces incendies. On ne peut pas se contenter de limiter les causes sous-jacentes et la maîtrise des incendies à des causes manifestes ; ils résultent de causes sociopolitiques telles que le mécontentement quant aux processus de marginalisation et d’exclusion sociale. On peut dès lors se demander dans quelle mesure l’introduction d’un projet agricole moderne de plantations de mangues destinées à l’exportation est plausible et efficace pour améliorer l’économie locale du Nord du Ghana.

Ce Point Info se penche sur le modèle agricole contractuel de la société ITFC (Integrated Tamale Fruit Company), qui correspond bien à l’approche gouvernementale de la commercialisation de l’agriculture par la chaîne de valeur et principalement axée sur l’exportation. Les feux de savane ne sont pas nécessairement destructifs, contrairement au discours politique actuel, mais il est important de comprendre les utilités diverses de ces incendies, leur durée et la gestion négociée des ressources naturelles, y compris de la terre, pour régler l’utilisation des feux d’une manière bénéfique pour tous les usagers de la terre.

Default Programme de subventions aux intrants agricoles au Malawi de 2006-2007 à 2011-2012: pour qui? Popular

By 1153 downloads

Download (pdf, 241 KB)

Point_Info_061.pdf

Point info 61
Ephraim W. Chirwa, Mirriam Matita et Andrew R. Dorward

Le ciblage, le processus de sélection des régions et, au sein de ces régions, des ménages vers lesquels seront orientés les intrants subventionnés, joue un rôle capital dans le programme de subventions aux intrants agricoles (FISP, Farm Input Subsidy Programme) du Malawi. Il implique la mise en oeuvre de systèmes de ciblage particuliers, destinés à procurer certains résultats de ciblage et régimes d’accès aux intrants subventionnés particuliers au sein des régions et des ménages. Ceux-ci influencent l’utilisation des intrants et donc les effets du programme. Le ciblage est sujet à controverse et politiquement chargé, puisqu’il détermine quels individus ou groupes particuliers bénéficieront du programme et, le cas échéant, comment et dans quelle mesure. En outre, le ciblage est difficile – et la grande échelle du programme, qui s’étend à l’ensemble du pays, augmente encore les défis et les coûts de mise en oeuvre et de supervision du ciblage.

Le présent Point Info énonce les problèmes de ciblage soulevés par les évaluations du FISP et propose des critères et des options d’amélioration des processus, des résultats et des effets du ciblage.

Default Facteurs déterminant l’accès aux coupons de subvention aux intrants au Malawi Popular

By 1241 downloads

Download (pdf, 154 KB)

Point_Info_060.pdf

Point info 60
Ephraim W. Chirwa, Mirriam Matita et Andrew R. Dorward

Une manière pour les subventions aux intrants agricoles d’offrir directement une protection sociale pour les pauvres est d’attribuer aux pauvres des subventions très élevées afin de garantir l’accès aux intrants. Bien que le programme de subventions aux intrants agricoles du Malawi (MAISP, Malawi Agricultural Input Subsidy Programme) vise généralement les ménages pauvres en ressources, les directives de ciblage accordent également une attention particulière aux groupes vulnérables, tels que les ménages dirigés par un enfant, une femme ou un orphelin, ainsi que les ménages touchés par le VIH/sida. Le présent Point Info se penche sur la manière avec laquelle le programme de subventions aux intrants agricoles du Malawi a contribué à la protection sociale de ces ménages pauvres et vulnérables.

Default «S’affranchir progressivement» du programme de subventions aux intrants agricoles au Malawi Popular

By 1015 downloads

Download (pdf, 137 KB)

Point_Info _059.pdf

Point info 59
Ephraim W. Chirwa, Andrew R. Dorward et Mirriam Matita

Étant donné le taux d’incidence élevé de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire de la population rurale du Malawi, on pourrait, dans une certaine mesure, considérer les subventions aux intrants agricoles comme un outil de protection sociale, qui rend plus accessibles et disponibles les denrées alimentaires pour les groupes vulnérables. La viabilité à long terme du programme de subventions aux intrants agricoles (FISP, Farm Input Subsidy Programme) a toutefois été remise en question depuis son introduction en 2005-2006. En raison du caractère limité des ressources publiques et la diversité des besoins concurrents en matière de développement, certains affirment que le soutien financier aux intrants agricoles visant à assurer la fourniture de denrées de base n’est pas l’utilisation la plus judicieuse des ressources limitées et appellent à l’élaboration d’une stratégie de sortie. D’autres considèrent toutefois que la subvention est une bonne chose, dans la mesure où elle s’attaque à l’insécurité alimentaire chronique au Malawi et contribue à la croissance économique inclusive, ainsi qu’à la réduction de la pauvreté.

Default Aider les petits exploitants à commercialiser leur production Popular

By 1548 downloads

Download (pdf, 206 KB)

CAADP Point Info_11.pdf

Point info CAADP 11

Accélérer la croissance dans le secteur agricole en améliorant les capacités des entrepreneurs privés (producteurs commerciaux et petits exploitants) pour répondre aux exigences toujours plus complexes des marchés intérieurs, régionaux et mondiaux – tel est l’objectif central du Pilier II du PDDAA. La commercialisation fait référence à une participation accrue aux marchés. Les petits exploitants sont depuis longtemps associés aux marchés, pour la vente de leur production, l’achat d’intrants ou l’information. Dans le contexte de l’urbanisation, de l’amélioration des moyens de communication et de la mondialisation, la commercialisation paysanne prend toute son importance. Ce Point Info s’appuie sur une récente étude de Future Agricultures et pose les questions suivantes:

  • Comment les petits exploitants commercialisent- ils leur production?
  • Avec quels résultats à ce jour?
  • Comment les politiques peuvent-elles soutenir la commercialisation agricole à petite échelle et améliorer les résultats?

Default La participation du secteur privé au programme de subventions aux intrants agricoles au Malawi Popular

By 1002 downloads

Download (pdf, 181 KB)

Point_Info _058.pdf

Point info 58
par Ephraim W. Chirwa et Andrew R. Dorward

Le programme de subventions aux intrants agricoles (FISP, Farm Input Subsidy Programme) du Malawi a été mis en place depuis la saison 2005-2006 dans le but d’améliorer la production alimentaire et les revenus des ménages et du pays. Il vise plus de 1,5 million de familles paysannes, qui reçoivent des engrais subventionnés, ainsi que des semences de maïs et/ou de légumineuses améliorées.

La mise en oeuvre de la FISP impliquait une interaction entre le gouvernement malawite, le secteur privé, les partenaires au développement, les organisations de la société civile (OSC), les organisations non gouvernementales (ONG), les chefs coutumiers et les petits exploitants, qui jouent tous des rôles différents dans la mise en oeuvre et la réussite du programme. Le secteur privé a joué un rôle essentiel, mais son implication dans le programme a changé au fil du temps. Il s’est occupé de l’approvisionnement en engrais, du transport des engrais vers différents marchés, de la vente au détail des engrais, ainsi que de la production et de la vente de semences améliorées.

Default L’utilisation d’engrais sur les parcelles de femmes: le programme malawite de subvention aux... Popular

By 892 downloads

Download (pdf, 138 KB)

Point_Info _057.pdf

Titre complet: L’utilisation d’engrais sur les parcelles de femmes: le programme malawite de subvention aux intrants selon les ménages

Point info 57
par Ephraim W. Chirwa, Peter M. Mvula, Andrew Dorward et Mirriam Matita

Depuis la saison agricole 2005/06,le gouvernement du Malawi met en oeuvre un programme de subvention aux intrants agricoles (Farm Input Subsidy Programme, FISP). Ce programme est axé sur les ménages pauvres de petits exploitants agricoles et suppose implicitement qu’un ménage est une unité décisionnelle unitaire au sein de laquelle les intrants subventionnés seront utilisés équitablement sur les parcelles contrôlées par les différents membres du ménage.

Ce Point Info montre que, dans un contexte socioculturel où les hommes dominent généralement les processus de décisions d’affectation des revenus et des ressources au sein du ménage, il importe de tenir compte de ces aspects pour comprendre l’efficacité des subventions aux intrants et leur rôle possible dans la promotion de l’égalité homme-femme au sein des ménages. L’étude a examiné les différences entre hommes et femmes en matière d’utilisation des engrais en général et des engrais subventionnés en particulier sur les parcelles contrôlées par les hommes et les femmes du ménage.

Default Redéfinir le programme de la Nouvelle Alliance: une évaluation critique sur base du cas... Popular

By 850 downloads

Download (pdf, 172 KB)

Point_Info_056.pdf

Point info 56
par Emmanuel Sulle et Ruth Hall

Pour réaliser une croissance durable et inclusive dans les pays africains, il est essentiel d’investir spécifiquement dans les petites exploitations agricoles, afin de leur permettre de mieux utiliser leurs terres et d’améliorer les rendements agricoles. La Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition (« Nouvelle Alliance ») se concentre sur les partenariats public-privé (PPP) avec des investisseurs locaux et des entreprises multinationales pour produire des denrées alimentaires. Toutefois, cette initiative ne résoudra probablement pas les problèmes chroniques de faim, de sousalimentation et de pauvreté, en raison des investissements insuffisants dans les petites exploitations agricoles et du démantèlement des aides publiques suite aux programmes d’ajustement structurel menés depuis les années 1980. Plutôt que de remédier à cette insuffisance chronique des investissements dans les petites exploitations agricoles, il semble que les premières interventions de la Nouvelle Alliance aillent dans le sens de la promotion d’une agriculture industrielle.

Default L’initiative de la ceinture verte et l’accaparement des terres au Malawi Popular

By 981 downloads

Download (pdf, 144 KB)

Point_Info_055.pdf

Point info 55
par Blessings Chinsinga et Michael Chasukwa

Il y a souvent un décalage entre les intentions en apparence bienveillantes et les manifestations pratiques des accords fonciers à grande échelle. Les réalités empiriques de ces accords appellent à étudier en profondeur et à questionner les motivations cachées des intervenants impliqués afin d’évaluer si leur priorité est réellement de développer des situations gagnant-gagnant. Comme l’ont démontré les expériences de l’initiative de la ceinture verte (GBI, Green Belt Initiative), les petits exploitants sont presque toujours les perdants. Cela fait donc douter de la capacité des initiatives internationales – comme les directives volontaires sur la gouvernance responsable de la tenure des terres et des autres ressources naturelles de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les principes de la Banque mondiale pour un investissement agricole responsable et le Cadre et les lignes directrices sur les politiques foncières de l’Union africaine (UA) – à améliorer significativement les résultats des accords fonciers à grande échelle sur le continent. Depuis l’introduction du programme de subventions aux intrants agricoles (FISP, Farm Input subsidy Programme) lors de la période de végétation 2005/2006, le Malawi occupe une place importante dans les débats politiques sur la sécurité alimentaire et le secteur agricole florissant à travers le continent.

Default La sécurité alimentaire dans un système environnemental mondial en pleine mutation Popular

By 1028 downloads

Download (pdf, 329 KB)

Point_Info_054.pdf

Point info 54
par Laura Pereira

Le système alimentaire mondial connaît une transformation sans précédent. Une transformation qui ne résulte pas seulement de l’impact majeur des changements environnementaux au niveau mondial (CEM), mais aussi de l’expansion rapide des activités agroalimentaires transnationales. Le système alimentaire est devenu un système socioécologique mondialisé et interdépendant – un modèle nouveau, interconnecté et axé sur l’efficacité dans lequel les pays de l’hémisphère Sud sont de plus en plus intégrés. Un système alimentaire efficace permet d’aboutir à trois réalisations majeures: la sécurité alimentaire, le bien-être social et le bien-être environnemental (voir Illustration 1). Pourtant, à ce jour, notre système actuel n’est pas parvenu à en faire bénéficier les populations pauvres de notre planète.

Default Productivité de la main-d’oeuvre agricole et prix alimentaires: principaux impacts... Popular

By 1702 downloads

Download (pdf, 703 KB)

Point_Info_053.pdf

Titre complet: Productivité de la main-d’oeuvre agricole et prix alimentaires: principaux impacts sur le développement et indicateurs

Point info 53
par Andrew Dorward

Le présent Point Info passe en revue l’évolution historique des prix des produits alimentaires de base (en termes de prix internationaux des céréales) et insiste sur l’importance de l’augmentation de la productivité de la main-d’oeuvre agricole et de la baisse des prix alimentaires – moteurs clés du développement, de la sécurité alimentaire et de la réduction de la pauvreté. Ces moteurs sont cependant grippés par les menaces qui pèsent de plus en plus sur les systèmes agricoles et alimentaires internationaux et locaux. Le document propose des indicateurs simples pour mesurer la productivité de la main-d’oeuvre agricole et l’évolution des prix alimentaires par rapport aux revenus réels des populations pauvres. Des indicateurs qui devraient faire l’objet de toute l’attention et être intégrés dans les politiques internationales et nationales en la matière.

Default La Chine et le Brésil peuvent-ils aider l'Afrique à se nourrir? Popular

By 1513 downloads

Download (pdf, 362 KB)

CAADP Point info_12.pdf

CAADP Point info 12
March 2014

Les gouvernements nationaux cherchent depuis longtemps à savoir comment l'Afrique peut se nourrir et comment le secteur agricole pourrait accroître son efficacité comme moteur de croissance et de développement. Les donateurs occidentaux ont intensifié leur aide à la suite de la crise des prix des denrées alimentaires de 2007-2008. Toutefois, l'apparition de la Chine et du Brésil en tant qu'acteurs majeurs a suscité l'espoir que les modèles agricoles innovants des «puissances émergentes» puissent être transférés ou adaptés aux pays africains.

Ce Point Info repose sur les conclusions des recherches les plus récentes menées par Future Agricultures au sujet de l'engagement en faveur du développement de l'agriculture dans quatre pays africains. Les questions posées sont les suivantes:

  • Quelle est la réalité des différents modèles et voies de développement agricole de la Chine et du Brésil?
  • Comment la Chine et le Brésil s'engagent-ils dans le développement agricole en Afrique?
  • Comment l'Afrique doit-elle accueillir ces nouveaux engagements: à bras ouverts ou avec précaution, en les considérant plutôt comme des gagnants ou des perdants?

Default L’impact à court et à moyen terme des augmentations de prix des denrées alimentaires de base Popular

By 1157 downloads

Download (pdf, 714 KB)

Point_Info_052.pdf

Point info 52
par Andrew Dorward

Ces dernières années ont été marquées par l’augmentation des prix alimentaires moyens, de graves flambées des prix alimentaires (en 2007/8 et en 2010/11), et des inquiétudes grandissantes quant à l’impact des chocs des prix alimentaires et de la flambée et de la volatilité des prix alimentaires sur les populations pauvres et en situation d’insécurité alimentaire. Toutefois, alors que tout le monde s’accorde pour affirmer que la volatilité des prix des aliments entraîne une répartition inefficace des ressources et des coûts d’ajustement et que des prix élevés sont une mauvaise chose pour les populations démunies des zones urbaines (dont les dépenses en produits alimentaires de base sont élevées), l’impact des prix alimentaires élevés sur les populations pauvres des zones rurales fait davantage débat. Le présent Point info:

  • s’appuie sur la théorie microéconomique fondamentale relative aux significations et à l’impact de l’évolution du prix des denrées alimentaires de base pour différents groupes de consommateurs et producteurs.
  • passe en revue les données empiriques sur l’impact de la flambée des prix alimentaires de 2008 sur différentes catégories de population.

Ces dernières années ont été marquées par l’augmentation des prix alimentaires moyens, de graves flambées des prix alimentaires (en 2007/8 et en 2010/11), et des inquiétudes grandissantes quant à l’impact des chocs des prix alimentaires et de la flambée et de la volatilité des prix alimentaires sur les populations pauvres et en situation d’insécurité alimentaire. Toutefois, alors que tout le monde s’accorde pour affirmer que la volatilité des prix des aliments entraîne une répartition inefficace des ressources et des coûts d’ajustement et que des prix élevés sont une mauvaise chose pour les populations démunies des zones urbaines (dont les dépenses en produits alimentaires de base sont élevées), l’impact des prix alimentaires élevés sur les populations pauvres des zones rurales fait davantage débat. Le présent Point info:

· s’appuie sur la théorie microéconomique fondamentale relative aux significations et à l’impact de l’évolution du prix des denrées alimentaires de base pour différents groupes de consommateurs et producteurs.

· passe en revue les données empiriques sur l’impact de la flambée des prix alimentaires de 2008 sur différentes catégories de population.

Normal 0 false false false EN-GB X-NONE X-NONE

Default Facteurs influençant l’agriculture commerciale paysanne: Étude de cas – Initiatives de... Popular

By 2328 downloads

Download (pdf, 291 KB)

Point_Info_051.pdf

Titre complet: Facteurs influençant l’agriculture commerciale paysanne: Étude de cas – Initiatives de commercialisation paysanne de la NASFAM

Point info 51
par Ephraim Chirwa et Miriam Matita

Au Malawi, l’agriculture paysanne est essentiellement axée sur la production d’aliments de base, comme le maïs et le riz, destinés à la consommation des ménages de petits exploitants. La domination de l’agriculture de subsistance, reposant sur les systèmes agricoles traditionnels des petits exploitants est l’un des obstacles préoccupants à la productivité agricole. Dans le pays, le secteur de l’agriculture à petite échelle n’est toujours pas rentable et se caractérise par un faible taux d’utilisation d’intrants agricoles améliorés, la faiblesse des liens avec les marchés, des frais de transport élevés, le petit nombre d’organisations d’agriculteurs, un contrôle médiocre de la qualité et l’absence d’informations sur les marchés et les prix. Plusieurs initiatives d’acteurs publics et non publics, visent à encourager l’intensification de la production agricole à petite échelle et sa commercialisation. Parmi les «fers de lance» de l’agriculture commerciale paysanne, citons la National Smallholder Farmers’ Association of Malawi (Association nationale des petits agriculteurs du Malawi, NASFAM), une organisation agricole.

Default La commercialisation paysanne en Afrique: guide des problématiques et des politiques Popular

By 1615 downloads

Download (pdf, 507 KB)

Point_Info_050.pdf

Point info 50
par Steve Wiggins

Les petits agriculteurs d’Afrique participent depuis longtemps aux marchés – pour vendre leur production, se procurer des intrants (des engrais par exemple), des crédits, de la main-d’oeuvre, des terres et des informations. L’urbanisation et l’amélioration des routes reliant les villages aux villes ne cessent de leur ouvrir de nouvelles possibilités. Dans un tel contexte, les questions relatives à la commercialisation paysanne méritent une attention accrue. Qu’il s’agisse des processus de commercialisation ou des résultats, les attentes varient considérablement. Pour certains, les petites exploitations agricoles ne diffèrent pas des autres activités commerciales: lorsqu’ils ont accès aux marchés, la plupart des petits agriculteurs vont investir, innover et prospérer. D’autres craignent par contre qu’ils se heurtent à des obstacles, comme le coût élevé des interactions («le coût des transactions») avec les grandes entreprises du marché et qu’ils ne soient dès lors pas en mesure d’exploiter les technologies disponibles, et restent ainsi pris au piège de la pauvreté.

Default La politique de secours semencier au Zimbabwe Popular

By 1088 downloads

Download (pdf, 328 KB)

Point_Info_049.pdf

Point info 49
Charity Mutonodzo-Davies et Douglas Magunda

Au cours d’une grande partie de ces dix dernières années, le gouvernement zimbabwéen et les bailleurs de fonds ont mis en oeuvre des programmes de soutien en intrants agricoles qui associent des fournisseurs privés (maisons semencières et fabricants d’engrais), des grossistes et des agro-distributeurs ruraux. Ces initiatives ont contourné ainsi la chaîne de commercialisation autrefois dynamique. Le présent article affirme que ces programmes de «secours semencier» ont participé à l’effondrement de la chaîne d’approvisionnement en intrants, accélérant ainsi le déclin de productivité agricole que connaît aujourd’hui le Zimbabwe.

Default L’économie politique des systèmes semenciers céréaliers en Éthiopie: contrôle de l’État... Popular

By 1158 downloads

Download (pdf, 320 KB)

Point_Info_048.pdf

Titre complet: L’économie politique des systèmes semenciers céréaliers en Éthiopie: contrôle de l’État, libéralisation du marché et décentralisation

Point info 48
par Dawit Alemu

Le présent Point Info examine les processus politiques et économiques régissant les systèmes semenciers céréaliers en Éthiopie. Il analyse à cette fin le contexte politique général, notamment les principaux intérêts qui influencent l’élaboration et la mise en oeuvre des politiques semencières, ainsi que le rôle des différents acteurs publics et privés et les interactions entre ceux-ci. Il se penche également sur le lien entre ces intérêts et interactions et l’efficacité du système céréalier sur le terrain. Cet article analyse trois moteurs économiques et politiques clés du changement au sein du système semencier – le contrôle de l’État, la libéralisation du marché et la décentralisation – en posant une série de questions: comment les politiques semencières et leurs directives de mise en oeuvre sont-elles élaborées? Comment les notions de «bonnes» politiques et directives de mise en oeuvre évoluent-elles au fil du temps? Quels sont les voix et les avis pris en compte dans le processus d’élaboration des politiques? Quels sont les arguments clés pour le choix des mesures? Quels sont les espaces dont disposent les nouveaux acteurs, idées et réseaux et comment les élargir? Et pour terminer, quels sont les processus de la politique semencière et les problématiques urgentes au niveau national/ régional, dont il faut tenir compte pour mettre en place un système semencier dynamique en Éthiopie?

Default De la participation des petits exploitants agricoles aux marchés semenciers en faveur des pauvres... Popular

By 1135 downloads

Download (pdf, 297 KB)

Point_Info_047.pdf

Titre complet: De la participation des petits exploitants agricoles aux marchés semenciers en faveur des pauvres: l’économie politique des réseaux semenciers commerciaux au Ghana

Point info 47
par Kojo Sebastian Amanor

Depuis les années 1980, les systèmes publics de recherche sur la production semencière en Afrique subsaharienne sont de plus en plus soumis à des pressions en faveur de la privatisation. Au Ghana, ce processus de privatisation se révèle toutefois complexe et fragmenté, car les petits exploitants dépendent dans une grande mesure de leurs propres semences et se montrent peu désireux d’acquérir des semences améliorées. Peu de grands investisseurs sont prêts à financer un secteur encore en développement. En effet, le développement des investissements semenciers repose sur la création d’une infrastructure sociale pour l’utilisation de semences améliorées. Une fois opérationnelle, cette infrastructure créera progressivement une demande chez les agriculteurs, ce qui favorisera leur accès aux marchés des semences améliorées, des intrants et de l’agro-alimentaire.

Default Semences et subventions: l’économie politique des programmes d’aide aux intrants au Malawi Popular

By 1234 downloads

Download (pdf, 373 KB)

Point_Info_046.pdf

Point info 46
par Blessings Chinsinga

Le présent Point Info de FAC s’intéresse à l’économie politique des programmes d’intrants et plaide pour que les débats en matière de politique agricole se concentrent sur le maïs et les subventions aux intrants. Les programmes de subventions axés sur l’offre de semences et d’engrais destinés à produire davantage de maïs dans le but de renforcer la sécurité alimentaire nationale ont créé un réseau d’acteurs solide, composé d’acteurs gouvernementaux essentiels, d’organismes d’aide et de bailleurs de fonds importants, ainsi que d’ONG. Ces dernières années, ce processus a généré au Malawi une économie politique semencière sans précédent et hautement controversée.

Default Les distributeurs d’intrants agricoles peuvent-ils instaurer la révolution verte au Kenya? Popular

By 1521 downloads

Download (pdf, 274 KB)

Point_Info_045.pdf

Point info 45
Par Hannington Odame et Elijah Muange

Plusieurs filières d’intrants ont été utilisées pour fournir les diverses technologies agricoles aux trois millions de petits exploitants que compte le Kenya. Les principales filières passent par des institutions publiques, telles que les entreprises d’État et les services publics de vulgarisation, par des pistes commerciales, telles que les sociétés semencières privées et leurs réseaux de distributeurs, et par des organisations de charité, y compris les organismes bailleurs de fonds, les ONG et les organisations d’aide humanitaire. Ces dernières années, le système public de distribution des intrants a basculé vers un système plus libéralité, avec pour conséquence un changement des principaux acteurs et filières. Malgré l’énorme diversification des acteurs impliqués dans la fourniture des intrants, la conception des modalités de fourniture de ces intrants est désormais limitée à un seul modèle dominant: le distributeur d’intrants privé indépendant.